Charlotte Pudlowski, auteure de “Ou peut-etre une nuit” : “Ce livre est une declaration d’amour a ma tante”

Charlotte Pudlowski, auteure de “Ou peut-etre une nuit” : “Ce livre est une declaration d’amour a ma tante”

Charlotte Pudlowski, journaliste et autrice du podcast et du livre eponyme “Ou peut-etre une nuit”.

Interview. Notre journaliste et cofondatrice du studio Louie Media a publie l’adaptation de sa serie de podcasts Ou peut-etre une nuit. Une enquete i  propos des rouages du silence qui entoure le tabou des tabous : l’inceste. Et qui possi?de pris pour elle 1 echo intime et personnel.

La Commission independante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux bambins (Ciivise) a organise le premier colloque, le 17 novembre, et publie les resultats d’un appel a temoignages lance en septembre soir aupres des victimes d’inceste. En seulement 2 mois, 6200 gens ont ainsi repondu au questionnaire de l’institution creee avec Emmanuel Macron le 23 janvier 2021. Premier rendu : 100% des victimes considerent que J’ai societe ne protege gui?re assez des bambins. Et pour cause, ce thi?me sera alors tabou. Etouffe au silence.

Ce silence est justement celui que s’evertue a briser la journaliste Charlotte Pudlowski depuis qu’elle a decouvert qu’il regnait i  l’interieur aussi de sa famille. Elle a publie en septembre Ou peut-etre une nuit (1), un livre adequat de son podcast eponyme, sorti un an plus tot, qui lui a valu d’etre recompensee du prix Philippe Chaffanjon du reportage francais, puis du prix CB News du meilleur podcast 2021. La cofondatrice du studio Louie Media reste partie a la rencontre de victimes d’inceste, a commencer via sa tante. C’est d’ailleurs a elle, ainsi qu’a sa s?ur, qu’elle a dedicace le ouvrage. Rencontre avec une voix claire et forte.

En video, la campagne contre les violences faites aux bambins

Madame Figaro.- Pourquoi avoir choisi d’adapter le podcast en livre ? Charlotte Pudlowski. – Au debut, quand j’ai envisage de raconter l’histoire de ma maman, j’esperais le faire a travers un livre. En outre j’ai cofonde le studio Louie Media, alors je l’ai fait sous forme de podcast. Cela avait aussi du sens de faire entendre cette histoire de silence ainsi que non-dits avec des voix… et des silences. Mais raconter ce qui dans un livre, i§a revenait a choisir le media du secret avec ce qu’il y a Sans compter que tabou et indicible. La transgression du silence recommence plus grande car c’est un objet tangible dans lequel le recit existe, se materialise. On va pouvoir le partager, voir les mots, les prendre en photos. Il fallait que je m’affranchisse des interdits autour du sujet de l’inceste, ainsi, le podcast a permis d’aller via etapes vers la sortie du silence. Le livre en est l’aboutissement.

“Chavirement intellectuel”

Si la trame du livre reste bien la aussi que celle du podcast, il n’est jamais une replique exacte de l’audio. Entre-temps ca a evolue. L’enjeu etait d’integrer au livre et cela s’etait passe en un an, depuis Notre sortie du podcast, en particulier sa sortie du livre de Camille Kouchner, Notre Familia Grande, mais aussi les transformations juridiques et le mouvement nationale de reflexion et de debats sur l’inceste qui possi?de emerge dans notre agence. La personne que j’etais au cours d’une creation du podcast etait differente aussi de celle que j’etais lors de l’ecriture de Ou peut-etre une nuit. La sortie du podcast a provoque i  la maison nobody pour pc votre immense chavirement intellectuel et psychologique. Je n’etais plus le meme «je». J’ai donc tente de coudre bien ceci a Notre trame du podcast.

Cet autre format vous a-t-il permis d’atteindre un autre public que celui du podcast ? Le podcast reste une industrie plus jeune, ainsi, toute une tranche d’une population continue d’aller plus rapidement par nos livres que vers nos podcasts. Mais la lecture et l’ecoute sont aussi deux «modes de consommation» reellement differents. Pour la plupart gens, c’est plus facile de lire que d’ecouter, car le livre peut se montrer plus rassurant. On peut sauter votre passage ardu pourquoi pas. Pour plusieurs, c’est entendre les voix qui s’avere trop douloureux.

A ecouter, le podcast une redaction

Multiplier des supports pour parler de l’inceste, etait-ce aussi une facon de mener une telle «guerre contre le silence», comme Il semble ecrit concernant le bandeau du livre ? L’idee est de faire connaitre l’inceste et ses enjeux le plus largement possible. D’abord parce que ce sujet est reellement important politiquement, mais c’est aussi tres important Afin de les victimes. C’est une cle de comprehension de notre societe et c’est votre a quoi j’aspire a travers mon metier de journaliste.

L’accueil du livre a-t-il ete different de celui du podcast ? Cela m’a frappee, c’est votre difference avec laquelle les individus m’ont confie votre qu’ils ont vecu. Ils l’ont fait avec enormement de delicatesse Quand je les ai rencontres en librairie, alors que la maniere de se livrer concernant Internet etait bon nombre plus brutale. Naturellement, chacun fait comme il pourra et je n’emets aucune critique. Mais Il semble grand que les rencontres en librairie sont des moments tres beaux. De nombreux internautes m’ont ecrit Afin de me dire que grace a Ou peut-etre une nuit, ils avaient pu amener ce qui leur est arrive a leur entourage. Savoir que j’ai pu les aider reste la plus grande source de joie et j’espere que ce projet continuera d’en aider beaucoup d’autres.

Comments are closed.